fbpx
More

    Victime d’insultes sexiste, Axelle témoigne après des mois…

    Victime d’insultes, d’harcèlement, d’humiliations…

    Pendant des mois, Axelle a subi moqueries et remarques sexistes par ce qu’elle a eu le malheur d’envoyer un soir à celle qu’elle pensait être son amie, une photo où la jeune femme est vêtue d’un pyjama correct. La photo est banale comme d’autres malgré cela, elle a tout de même réussi à enflammer la communauté de Twitter et à faire de sa vie un cauchemar [ Témoignage. ] 

    • Axelle raconte les faits:

    “Sale pute, t’es une salope tu **** pour combien ?” J’étais âgée de 14 ans, ma vie était déjà un enfer la cause était cette simple photo de moi qui n’avait rien de spécial par rapport a une autre, diffusé sur Twitter. 

    Une simple photo de moi en pyjama …

    Pendant des mois, le réseau social n’a pas supprimé la photo qui faisait de moi une victime. Twitter n’a pas fermé les comptes de ceux qui m’insultaient quotidiennement. À la place, c’est moi qui a été contrainte de clôturer mes différents comptes et de m’enfermer chez moi à double tour.

    Alors que Twitter a mis quelques heures à bannir un utilisateur qui spoilait la fin de “Star Wars”, il lui a fallu quatre mois pour supprimer la photo qui m’aura pourri la vie pendant un an, celle qui m’aura attiré la haine et le harcèlement de centaines de twittos.

    Certains diront d’emblée que je n’avais qu’à pas prendre de photo de moi nue ou en position suggestive à 14 ans. Qu’ils se rassurent : sur cette photo, je suis… en pyjama. Le pire ? Aucune pose provocante, ni moue sensuelle, cette photo, je l’ai envoyé à “une amie” qui me disait avoir acheté le même pyjama que moi.

    Une amie malveillante 

    Évidemment malveillante, celle que je croyais être mon amie a dû envoyer la photo à quelqu’un, ou directement la poster sur Twitter. Je n’en saurai jamais plus, cette fille s’est depuis totalement volatilisée. À l’inverse de la photo qui a très vite été partagée des centaines de fois. Comme j’avais 30 000 followers sur un de mes comptes, le post est rapidement devenu viral.

    J’avais donc plusieurs comptes Twitter. Un compte perso où je postais ce que je voulais et où j’avais à peine une centaine de personnes abonnées et un autre sur lequel je postais des cours d’histoire audio que je réalisais moi-même pour les autres élèves de 4e. Mes leçons plaisaient et en quelques jours seulement, les followers sont arrivés en masse. Sur le post de la photo, c’est évidemment ce compte qui était mentionné…

    Tout le réseau social a donc pu voir une photo de moi en pyjama. Photo qui fût ensuite largement partagée et commentée ironiquement et violemment par un compte Twitter connu pour sa pratique du “slutshaming” (L’internaute qui le tient humilie les filles et partage sa haine avec ses très nombreux abonnés). Comme il était énormément suivi, l’impact fut énorme.

    Je me suis fait traiter de tous les noms. Les insultes étaient souvent les mêmes et tournaient autour de la sexualité et de la prostitution. C’est allé très loin. J’ai même fini par me dire que, si sur cette photo, j’avais été nue en train d’avoir un rapport sexuel, ça aurait été exactement la même chose !

    Rédacteur Jérémie. 

     

    Publicité

    L'auteur

    Jeremie Pereauxhttps://tinbber.com
    Créateur de contenu sur Internet âgé de 17 WebDesigner & PDG de Tinbber [ Réseau social ]

    Derniers articles

    Ces articles qui devraient vous intéresser

    Garder une longueur d'avance sur COVID-19 - #RestezChezVous

    N'oubliez pas les gestes barrières ! - Lavez-vous très régulièrement les mains avec du savon ou une solution Hydro-alcoolique - Toussez ou éternuez dans votre coude ou dans un mouchoir - Utilisez des mouchoirs à usage unique puis jetez-les - Saluez sans serrer la main et arrêtez les embrassades

    ACTUMONDE

    GRATUIT
    VOIR