« Mes amis, l’heure est grave ». On a tous entendu ou dit cette phrase, et souvent, ça annonce jamais rien de bon. Il est l’heure de parler de l’article 13.

Le 12 septembre 2018, les eurodéputés ont voté en faveur de la directive réformant le droit d’auteur à l’heure du numérique. Et que contient cette directive ? Pour faire simple, elle stipule que tout contenu possédant des droits d’auteur, peu importe la forme, devra être bloqué, et que les plateformes en sont responsables (YouTube, Twitter, Facebook…)

Prenons un exemple, vous êtes de visite à Paris, et vous décidez de prendre une vidéo de vous entrain de faire une danse Fortnite, la musique correspondante à la danse, avec la Tour Eiffel derrière. Vous portez une casquette Nike, et un haut Lacoste par exemple. Vous décidez de poster cette petite vidéo sur Youtube, histoire de partager ce superbe moment avec le monde entier.

En appliquant l’article 13, voici les conditions à respecter pour que votre vidéo soit publiable :

-Epic Games, à qui appartient Fortnite, vous autorise à faire la danse ?

-La musique est libre de droit ? Sinon une justification prouvant que vous y avez accès ?

-La Mairie de Paris vous a autorisé à filmer la Tour Eiffel ?

-Nike vous autorise à les représenter ?

-De même avec Lacoste ?

Une seule de ces conditions non respectées, et votre vidéo est bloquée. Vous commencez à comprendre ? Étant donné que la responsabilité revient à YouTube, le doute ne sera pas permis, et votre vidéo sera bloquée à la moindre hésitation. Et cela sera appliqué pour toutes les plateformes.

Mais qu’en pense les plus concernées, c’est à dire les plateformes ? YouTube a pris position sur ce sujet, et est contre cet article 13. Il faut comprendre que tout le modèle économique de YouTube est mis en cause, qu’il est impossible pour eux de vérifier, vidéo par vidéo, si les droits d’auteurs sont respectés (YouTube possède Content ID, un logiciel de vérification déjà en vigueur, mais au vu de la rigueur de la loi, il faut une vérification manuelle pour être sûr que tout est bon). Ils en sont incapables, que ça soit financièrement ou humainement.

Et ActuMonde est aussi concerné, nous citons des marques, des images libres de droits pour vous proposer des articles illustrés, concret et plus agréable à lire pour vous.

Cependant, rien n’est perdu, les multinationales concernées se joignent à la lutte pour modifier cette loi, celle-ci n’étant que votée mais pas encore écrite, on peut encore éviter la casse. Mais on a besoin de vous, et je vous invite à cliquer ici pour signer cette pétition et pouvoir par la force des choses, modifier cet article, et sauver Internet.

Promotion