fbpx

EDITO – “C’est à nous d’agir !”

Auteur

Share

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs” . Cette phrase, iconique, issue du discours de Jacques Chirac en 2002 lors du IVe Sommet de la Terre résonne brutalement aujourd’hui : depuis plusieurs semaines, le nombre de départs de feu en Amazonie a considérablement augmenté, alors même qu’elle représente plus de 50% de notre air. La forêt a perdu ces 50 dernières années, un cinquième de sa superficie. C’est pourtant le “poumon de notre planète”. La crise environnementale est annoncée tout comme ses conséquences effroyables qui seront sans précédent. Mais sur d’autres plans aussi, la sonnette d’alarme retentit. Les crises sociales en Russie et en Chine laissent craindre une intervention militaire de leur gouvernement autoritaire respectif. La scène économique internationale est au bord d’une nouvelle crise économique. Le risque d’inflation en Asie de l’Est n’a jamais été aussi fort, la guerre commerciale ainsi que celle des monnaies entre Washington et Pékin font vaciller les bourses européennes, déjà ralenties par la crise automobile allemande. La situation Italienne est aussi terrible : la croissance est à l’arrêt, les investissement manquent, il y a un déficit de natalité, la dette et le déficit public sont explosifs et… le pays doit trouver 23 milliards d’euros de recettes supplémentaires en 2020; la TVA augmentera, diminuant la consommation de la population ce qui augmentera le déficit public et diminuera la croissance. Enfin, le monde n’est plus que jamais politiquement divisé. Boris Jonhson promet un Brexit avec ou sans accord de l’Union Européenne. Donald Trump, au gré des 280 caractères de ses tweets, crée des crises diplomatiques avec ses traditionnels alliés. La scène politique française change radicalement et voit sombrer les 2 anciens grands partis politiques au profit des partis extrémistes et de LREM. En Allemagne, l’ère Merkel prendra fin dans deux ans. Le futur est flou. Le CDU/CSU s’affaiblit d’élection en élection, et l’AfD (Extrême-Droite) a fait un succès inattendu en 2017. L’Italie vit une période troublée avec ses gouvernements changeants, le Royaume-Uni est plus que jamais divisé.. Outre-Atlantique, l’Élection présidentielle se prépare, dans un contexte de crise migratoire et de succession de tueries de masse. Si les Européens sont touchés par le terrorisme islamiste (Londres, Paris, Berlin), les Américains sont concernés par le terrorisme d’extrême-droite (Pittsburgh, El Paso), au même titre que la Nouvelle-Zélande (Christchurch). Dans cet archipel pourtant si pacifiste et si sûr, un homme a tué la tête froide 51 personnes, le tout en diffusant “en live” sur Facebook, réseau social inclus dans les GAFA. Cet acronyme désigne les 4 géants du Web : ils détruisent ou surpassent toute concurrence, déjouent les règles de fiscalité et engrangent toutes les informations personnelles de leurs utilisateurs, parfois à leur insu. Certains utilisateurs américains ont été influencé sur le choix de leur vote en 2016, après que la Russie s’est impliqué à travers la diffusion de plusieurs milliers de fake-news. Certains attribuent cette ingérence responsable de l’élection de Trump, élu malgré ses propos xénophobes, racistes, sexistes, dans un contexte de crise migratoire. L’Europe est aussi touchée par l’immigration (due par un contexte politique, économique et militaire instable dans certains pays tels la Syrie, le Yémen, la Turquie, Lybie..).. mais cette situation déstabilise à son tour l’Europe -déjà fragilisée économiquement après le crash de 2008- et voit monter le populisme en Hongrie, en Pologne, en Autriche, en Italie, avec des partis parfois europhobes.

Toutes ces dernières lignes résument l’ ailleurs. Préoccupantes, certes, mais ces situations nous détournent d’une urgence bien plus forte, importante et urgente. Notre Terre brûle, et nous subissons déjà les conséquences. L’érosion, des ouragans plus nombreux et plus violents (Irma), des incendies plus intenses, des importantes innondations, des canicules plus exceptionnelles les unes que les autres, sécheresse. Notre climat se dérègle, les saisons ne signifient plus rien. Les écosystèmes souffrent, des espèces disparaissent, sous nos yeux. Et nous en sommes totalement responsables. La Sixième extinction, dite celle de l’Holocène, se déroule sous nos yeux. 7 plantes sur 10 sont en péril. Une espèce sur huit d’oiseaux est en péril. Le quagga, le dodo, le tarpan et la tourte voyageuse sont, par exemple, tous éteints. Il n’en existe plus. Il n’y en a plus. Les activités humaines sont désignées responsables. Il y a plusieurs solutions pour limiter les effets, parmi elle réduire considérablement le trafic aérien et maritime, décourager les ventes de voiture et encourager celles du vélo, supprimer la TVA sur les billets de train, faire privilégier la consommation locale, biologique et de saison, arrêter de consommer trop de viande, recycler, donner ou réparer mais ne jamais jeter. Il faut des actions d’État, des entreprises, et surtout de toute la population, qui consomme, et donc qui choisit. Si ce monde est dans un état pareil, il ne faut pas compter sur les dirigeants du monde -les même depuis 80 ans- conservateur ou/et progressiste et dont les actions font empirer les choses), pour limiter le dérèglement climatique et ses conséquences désastreuses . C’est à nous d’agir ! Notre maison brûle..

Commentaires Facebook

Si vous avez trouvé une erreur, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

Commentaires Facebook

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :