” Je ne veux plus me mentir ” C’est sur ces mots que Nicolas Hulot annonçait hier sa démission en direct sur France Inter. Un rebondissement dans le monde politique puisque celui-ci niait jusqu’ici vouloir quitter l’Élysée affirmant que son poste et son engagement envers Emmanuel Macron restait solide.

La cause de cela, serait une pression des lobbys. Interrogé par Léa Salamé, il donne l’exemple d’une réunion pour laquelle Stéphane Travert se serait invité à la table alors que celui-ci n’était pas convié. Il citera plus tard ” je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stephane Travert “. Toujours selon Hulot, son poste était à la croisée des lobbys et cette pression constante lui aurait fait ” baissé son seuil de d’exigence ” vis à vis des enjeux climatiques.

Pour terminer, il explique que la priorité du gouvernement Macron ne se situe pas au niveau du climat et que sur ce point l’équipe ne se contentait de faire que des petits pas… Chose qui ne convient pas manifestement pas à Hulot.

Réponse de l’Elysée

La réponse n’aura pas tardé car quelques heures plus tard, dans un communiqué, l’Elysée annonce regretter la méthode utilisée et aurait préféré d’abord en avertir le Président de la République et le Premier Ministre.

Plus tard dans la journée, Emmanuel Macron commentera cet événement depuis l’Islande, endroit où il est en déplacement. Évoquant la raison qui l’avait poussé à choisir Hulot dans son gouvernement, il explique que c’est un homme libre et que c’est exactement pour cela qu’il avait été choisi. Par conséquent, il dit respecter sa décision en temps qu’homme libre

Promotion