En fouillant dans le fonctionnement de la dernière application à la mode chez les ados: Sarahah, un jeune expert en informatique a fait des découvertes concernant le fonctionnement de l’application

Un expert en informatique, Zachary Julian a découvert que le nouveau système de messagerie Sarahah un véritable succès auprès des adolescents avec presque déjà 20 millions d’utilisateurs, collecte en toute discrétion toutes les données des utilisateurs.

Sarahah, un tout nouveau fléau

Lancée en milieu d’année 2016, le nouveau fléau Sarahah est une messagerie gratuite dont le principe repose sur l’anonymat. C’est très simple: après s’être inscrit et après avoir remis un lien à vos amis, ils peuvent par la suite écrire un message complètement anonyme. Une franchise totale, car le destinataire de ce fameux message ne sait rien de l’expéditeur. Selon la startup, il s’agit d’une « nouvelle expérience de communication en ligne ». Zain al-Abidin Tawfig, l’inventeur de ce réseau indique qu’il voulait favoriser les échanges sincères et les critiques constructives.

Sarahah, un succès chez les ados !

Sans aucune surprise, ce sont les ados qui se sont jetés dessus en premier. Premièrement dans les pays arabophones (au Liban, Egypte, Maghreb), puis par la suite, partout dans le monde. À ce jour, la plateforme totalise au moins 18 millions d’utilisateurs. Fin juillet, l’application occupait la première place des téléchargement sur l’AppStore.

Les données des utilisateurs seraient transférées sur un serveur auxiliaire

Les révélations faîtes par le jeune Zachary mettent au jour un secret bien enfoui : l’application collecterait toutes les données personnelles et confidentielles stockées dans les smartphones des utilisateurs comme le montre cette vidéo :

Dès que vous vous connectez sur l’application, elle transmet tous les emails et les contacts téléphoniques stockés sur le système d’opération Android, y compris sur les nouvelles versions.

Cependant malgré le fait que l’entreprise demande (pour les smartphones sous Android), la permission d’accéder aux contacts, elle n’indique pas l’utilisation finale des données. Pour les utilisateurs sous iOS le message n’est pas plus clair : le groupe indique vouloir accéder aux contacts afin de « montrer qui a un compte Sarahah ». Malgré ça, le groupe n’informe pas les utilisateurs qu’elle compte envoyer ces données vers un serveur externe, ce qui est pourtant le cas selon Zachary Julian.
« Sarahah a plus de 10 millions d’installations juste sur le Play Store des smartphones Android. Si vous extrapolez ce chiffre, l’application pourrait facilement détenir des centaines de millions de numéros de téléphones et d’adresses courriel » indique l’informaticien.
Soyez donc prudent en utilisant certaines applications, surtout pour les utilisateurs sous Android qui peux remettre un peu plus d’accès et donc de permissions aux applications.

Si vous avez trouvé une erreur, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

Commentaires

Promotion